« 10 février 1895/Lettre de Lucie Dreyfus à Alfred Dreyfus | Accueil | 12 février 1965 | Rétrospective Henri Michaux »

11 février 2006

Commentaires

Extraordinaire Sylvia ! Ses poèmes inquiètent, intriguent…
"Rien ne saurait toucher ni attrister la lune
Qui regarde sans broncher depuis sa cagoule d’os.

Elle a l’habitude de ce genre de chose.
Et ses ténèbres craquent, et ses ténèbres durent. "

…Il ne suffit pas de dire
mais de marteler
de creuser de fixer
les mots pour qu’ils
prennent racine
pour qu’ils dérangent
et provoquent…

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.