« 14 janvier 1934 | Journal d’Anaïs Nin | Accueil | Christine Bonduelle | Soif »

14 janvier 2006

Commentaires

oui mais il a caché ses pleurs, il les a cachés dans les feuilles des arbres, il les a cachés dans le creux de la lumière, il les a toujours cachés sauf à sa peau qui s'est couverte de rides, de rides comme si tous ses pleurs étaient encore sur son visage et dessinaient une boursouflure de souffrance.
clem

celui-ci est sublime et tellement en accord avec la photo
on dirait qu'un cyclone
a mélangé le ciel la mer et les nuages
au cœur du bois...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.