« 5 janvier 1960 |Première création d’Un barrage contre le Pacifique | Accueil | 7 janvier 1817 | Stendhal, Rome, Naples et Florence »

06 janvier 2006

Commentaires

L'arbre à poèmes, celui que j'aime,
Près des troènes au fond du pré,
L'entends-tu souffler au monde
Une ronde une ronde sans ombres ?

oui, il fallait bien s'attendre sous un arbre, là, sur un banc assises, il fallait bien s'attendre et le temps n'a pas voulu que l'on se voit, qu'on se regarde un peu, le temps n'a pas voulu que l'on se rencontre et il fallait s'attendre encore sous des arbres, toujours des arbres et l'on s'est attendu assises sur un banc, là, ailleurs, toujours et le temps a passé, le temps a passé sur l'attente et a fini par l'effacer je crois.
clem

Bonsoir Angèle et vos supers équipiers. Un petit mot pour vous souhaiter une bonne année et vous remercier d'avoir mis en place ce grenier des plaisirs. Ce soir, j'y ai trouvé le jardin de Tombouctou qui est un petit bijou que j'aurais aimé avoir écrit, "Commencements" me parle au coeur, l'extrait musical capte mon âme !! Bref, je passe un chouette moment, chouette dans le sens de "super". A bientôt. Anie

Quelle fraîcheur et quelle profondeur dans Les vergers de Tombouctou, quelle réflexion sur notre condition d'humains, quels délices dans ce jardin planté d'arbres de vie...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.