« L'Amourier | Le Jardin de l’éditeur | Accueil | Pierre Jean Jouve | La Femme et la Terre »

08 janvier 2006

Commentaires

Merci pour le lien, je ne connaissais pas cette version. Cet homme était... un homme! Beau de partout, sa poésie est salutaire.
Amour, Anarchie, il avait compris et exprimé ce lien fondamental.
Il me manque, putain qu'il me manque.

Oui, Royka, vous avez raison! Il nous manque ! Il nous manque terriblement ! Enfin, à quelques-uns de "ma" génération. Et c'est pour cela que j'ai voulu lui rendre cet hommage. Aujourd'hui comme hier, il me bouleverse. Mais, si je m'en tiens à ce que j'entends autour de moi, je ne crois pas que Léo Ferré ait encore trop la cote auprès des "djeunes".
Quoi qu'il en soit, votre exclamation finale, hyperboliquement douloureuse, me rappelle quelque chose: comme un accent venu du Sud. Plus précis encore, le parler marseillais !
Bienvenue en tout cas, Royka, car je ne crois pas vous avoir déjà croisé(e?) sur mes Terres.
Amicizia.


Pour écouter une série d'interviews de Léo Ferré (dont les Radioscopies de 1975 et 1980 et Une nuit avec Léo Ferré avec France Culture en 1988), se rendre sur Léo on the web.

Les "djeunzes" et Léo ? Hum... la cote chez certains, oublié pour la plupart.

Pour ma part, si j'aime certaines de ses chansons, je dois bien avouer n'avoir jamais accroché vraiment... au contraire d'un Brel ou d'un Brassens, même si cela fait cliché de citer ces deux-là...


Sur YouTube, plusieurs autres extraits de ce récital Bobino :
- Pépée ;
- Petite.

Profitez-en pour regarder :
- la vidéo de l'inauguration de la médiathèque Léo Ferré, à Grigny, le 4 novembre 2006 ;
- les Archives INA ;
- une photo de Léo Ferré trouvée ici.

les anarchistes - la plus belle ou ma préférée

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.