https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup 21 janvier 1926 | La Rue sans joie de Pabst - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Le Passeur de mélancolie, 9 | Accueil | Yves Bonnefoy/Les Planches courbes »

21 janvier 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.


L'âge moyen de notre public a un peu baissé, mais en bons sales mômes que nous tentons de rester, nous ferons tout notre possible pour rester fidèles à l'esprit de nos illustres (et parfois intenables) précurseurs :)

bon week-end,
bien cordialement

Florian
Programmateur du Studio des Ursulines




Ah!! La Divine! Une de mes "admirables"...

"Garbo parle"; "Garbo rit": voilà les arguments massues pour vanter ses films à l'époque.
Peu d'actrices auront autant marqué leur époque et tout le cinéma.
Même si elle n'est pas ma préférée de toutes les actrices, Garbo, c'est un mythe. C'est ce visage, froid et parfait, cette beauté nordique à couper le souffle. Garbo, c'est en fait l'anti-Louise Brooks. On aime Brooks, tandis qu'on admire Garbo, sans oser la toucher réellement, en effleurant seulement son image, tant la grâce la sublime.

Garbo, c'est aussi le mystère, cette éclipse totale, comme si la plus belle lune, lasse d'être montrée, s'était cachée à tout jamais. Garbo ne sortit de sa pénombre d'ermite que pour gagner le tombeau...

C'est cela, un mythe... ça nous fascine à jamais, parce que cela nous dépasse.

(NB: J'ai regretté, par pure inclination personnelle, que l'on ne trouve pas, dans vos "Portraits de femmes", au demeurant splendides, la grande Katharine Hepburn.)



Je me souviens avoir entendu un jour, il y a longtemps, le critique de cinéma Remo Forlami déclarer que Greta Garbo était l'incarnation même de la star telle qu'on l'entendait encore il y a quelques années. Eh oui, le voilà bien le mythe de la star, distante jusqu'à en être inaccessible, au propre et au figuré ; et non, la star n'est pas ce concept galvaudé, cet anglicisme (américanisme ?) qu'on entend à tout bout de champ, pour un oui ou un non, pour la minette d'un jour ou le bellâtre d'un instant. Pauvre Greta au statut déchu... étoile pâlie par la mode du vocabulaire excessif...




Votre page n'est pas muette et sait rendre divinement hommage à Greta Garbo.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.