« Le Passeur de mélancolie, 2 | Accueil | Le Passeur de mélancolie, 3 »

14 janvier 2006

Commentaires

Angèle,

Merci pour cette passionnante évocation de Anaïs Nin récemment popularisée par la chanson de Renaud (texte ci-dessous).

Paris, 14 avril
Ma vie est un exil
J'envie des jours tranquilles
A Clichy
Henri, volcan velours
Bandit au souffle court
J'écris la nuit, le jour
Tout mon amour
Mon amour
Là dans mon journal

{Refrain:}
Anaïs Nin a le diable au coeur
La douleur assassine
Anaïs Nin, Anaïs
Infiniment féminine
Anaïs Nin a le diable au coeur
La douleur assassine
Anaïs Nin,
Anaïs

Miller

J'ai fui le bruit des villes
La pluie est un exil
Elle coule des jours tranquilles
A Clichy

Henri j'ai le coeur lourd
Du gris qui nous entoure
Je crie depuis toujours
Tout mon amour
Mon amour
Là dans mon journal

{au Refrain}

Miller

J'ai froid le temps d'un taxi
Et me voilà contre toi, Henry
Attends moi
Je te suis peu m'importe
Si parfois la nuit nous trahit
Enfer ou paradis
A prendre à l'interdit

L'interdit (L'interdit...)

Anaïs Nin a le diable au coeur
La douleur assassine
Anaïs Nin,
Anaïs
Infiniment féminine
Anaïs Nin a le diable au coeur
La douleur assassine
Anaïs Nin
Anaïs
Miller
Anaïs
Miller
Anaïs
Miller

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.