« 10 décembre 2005 | Premier anniversaire de Terres de femmes | Accueil | Jean-François Agostini | Nager… »

12 décembre 2005

Commentaires

pas de commentaires sur la grande artiste qu'est Falconetti... ils sont inutiles : il suffit de voir ses films, mais une bonne année 2006 à Terres de femmes, avec beaucoup de joies et de passion !

Susan Sontag décédait il y a un an, le 28 décembre 2004.


J'ai beaucoup de pudeur à ouvrir ce commentaire.
Parce que je ne sais si aujourd'hui Hélène Falconetti est toujours vivante.
J'ai très envie de la revoir, nous nous sommes rencontrées lors de la publication de son ouvrage concernant sa mère Renée et son fils Gérard. Nous nous sommes rencontrées parce que nous sommes toutes deux de la même souche familiale et c'est à Sermano que mon père lui a donné mes coordonnées.
Je garde de ma rencontre avec Hélène un souvenir précieux, je voudrais tant la revoir. Au moment de notre rencontre elle m'a laissé ses coordonnées, je me suis sentie si intimidée que je n'ai jamais osé la contacter.
Je le regrette infiniment.
Infiniment.
Si, sur l'improbabilité de cette lecture, quelqu'un pouvait me dire que je peux contacter Hélène, je lui en serais éminemment reconnaissante.
C'est une histoire de famille.
Merci de comprendre.
Pascale.
pascale.marianiATfree.fr

Quelle a été la cause de la mort de Gérard Falconetti ?

De la fin prématurée de Gérard Falconetti, je ne sais qu'une chose, c'est qu'il est mort à 35 ans le 9 juillet 1984.


Ce soir, 8 décembre 2010, sera donnée au palais des festivals de Cannes, en Première française, la projection du film culte de Dreyer avec, au pied de l'écran, l'orchestre symphonique de Cannes-PACA (50 musiciens) interprétant la composition que le néerlandais Jo van den Booren a écrite pour ce film en 1985.
Jamais cette musique extrêmement poignante n'a été donnée en France, alors qu'elle est - selon le spécialiste du cinéma muet, Ennio Patalas - la meilleure pour souligner les images de Dreyer et le visage de la grande Falconetti. Ce film et cette musique sont très régulièrement donnés en Allemagne, souvent sous la baguette de Frank Strobel, celui qui vient de diriger la dernière mouture de Metropolis.
La salle sera troublée comme on doit l'être à la lecture de ce film et au personnage de Falconetti.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.