https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup 14 décembre 1946 | Naissance de Jane Birkin - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004

septembre 2021

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.





De l’autre côté





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main











Écrivez-moi









Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« Michel Butor | Vergers d'enfance | Accueil | L’armée des ombres de Balthasar »

Commentaires

Je me souviens des larmes de Jane

Je me souviens avoir vu Jane en concert. Sous le chapiteau du Cirque Jules-Verne à Amiens. En 1992. L'année qui a suivi la mort de Serge Gainsbourg, survenue le 2 mars 1991.

La salle était comble et la foule dense, venue ce soir-là à la rencontre de Jane. Jane, bouleversante de beauté grave dans la cérémonie aux adieux qu'elle avait promise à Serge avant sa mort. Un hommage vibrant d’émotion vraie, difficilement contenue. Je me souviens d’avoir pleuré. Pleuré ce soir-là avec Jane.
« Je suis venue te dire que je m'en vais… ».

Les Dessous chics

Les dessous chics, c'est de ne rien dévoiler du tout
Se dire que lorsqu'on est à bout c'est tabou
Les dessous chics c'est une jarretelle qui claque
Dans la tête comme une paire de claques.
Les dessous chics ce sont des contrats résiliés
Qui comme des bas résilles ont filé

Les dessous chics c'est la pudeur des sentiments
Maquillés outrageusement rouge sang
Les dessous chics c'est de se garder au fond de soi
Fragile comme un bas de soie

Les dessous chics c'est des dentelles et des rubans
D'amertume sur un paravent désolant

Les dessous chics ce serait comme un talon-aiguille
Qui transpercerait le coeur des filles.


Angèle, j'ai vu Jane en concert au 2ème rang de notre petit Palais des Congrès, il y a maintenant 3 ans pour son album Arabesques. Près de moi, une jeune fille de 16 ans s'est assise. Jane est apparue sur scène, jean, pull bleu marine et sourire aux lèvres, d'une main elle a relevé ses cheveux et s'est mise à chanter le répertoire que nous connaissons tous aux couleurs de l'Orient, ma voisine aussi (à la syllabe près).

Comment exprimer l'émotion ressentie, la sensibilité, la douceur et l'affection qu'elle a alors transmises de par sa voix si souvent haut perchée, fragile comme sur un fil, ses gestes à peine esquissés (de peur de heurter ?). Elle rend hommage à Serge, à sa famille, aux êtres chers qu'elle a perdus, souvent assise au bord de la scène, proche si proche, l'émotion déborde. Le coeur de la salle bat à tout rompre dans le silence, elle fait penser à un moineau que l'on aurait envie de protéger mais la salle cherche son mouchoir, alors que Jane semble plus apaisée.
Puis elle nous quitte et revient, divine dans une robe rouge flamboyante, et danse, virevolte pendant une heure encore sur des rythmes de l'Orient et entraîne la salle aux anges, envoûtée.
Jane avait l'air ce soir-là lumineuse et teintée des couleurs de l'Orient.

Et puis, ARNO est venue la rejoindre sur scène en fin de concert, elle lui a réservé un immense sourire. Un sourire à la vie.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.