https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Robert Desnos | Demain - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« 26 novembre 1942 | Première à New York de Casablanca de Michael Curtiz | Accueil | 27 novembre 1933 | Première séance d’enregistrement de Billie Holiday »

26 novembre 2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Découverte guidée de Robert Desnos, merci Angèle.

Ce poème de Marc Baron comme une réponse à celui de Robert Desnos, ou mieux qu’une réponse, un prolongement, un chemin commun.

Je l’ai trouvé à la page 128 de son recueil Les Amants du fragile dans la suite qu’il appelle « Le silence et la lampe », poèmes édités chez L’Harmattan


Nocturne

Chaque matin la vie avance d’un cran
Et de quelques désirs
C’est une loi immuable

Au lever du soleil
On rêve déjà d’une lumière infinie
Mais on l’oublie dans la tourmente

Et moi je me console encore
En écrivant sous la lampe

Tant qu’il y aura du silence, Dieu merci
Je penserais au mouvement perpétuel
Qui endort et réveille le monde

A cette lumière inconnue des parleurs et des physiciens
Et qui me tient librement levé dans la nuit

Merci, Edith. C'est superbe, comme j'ai eu l'occasion de te le dire en privé. Et si tu nous en disais un peu plus sur Marc Baron ?
Amitiés,
Angèle

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.