« 4 novembre 1971 | Publication de Imagine de John Lennon | Accueil | ONZE sylvie 1 »

04 novembre 2005

Commentaires

Una sensibilissima lettura, giocata su più piani e quindi accattivante, poi sorprendente nelle tue conclusioni !
M'innamorai di questo quadro sul finire degli anni Ottanta a una splendida mostra bolognese e lo rividi al Prado poi nel duemila e sempre quell'incanto dell'istante sospeso a catturarmi, quell'intensità espressa in incroci diagonali che distanziano i due protagonisti anziché legarli; e quel gesto simbolico di allontanamento ah quanto mi colpì allora...

Guido, le Guide... _____


Voici un florilège d’œuvres du Guide avec des commentaires intéressants par Insecula .com.
Parmi elles, celle que je préfère est : L'Enlèvement d'Hélène, même si la description qui en faite est fort complexe…
J’ai particulièrement retenu : « Hélène disparaîtra et deviendra, en compagnie de Castor et de Pollux, la protectrice des marins. Elle apparaîtra sous la forme de feux Saint-Elme. »

Voilà de quoi accompagner tous les navigateurs cap-corsins ancêtres d'Angèle vers les Amériques !

Amicizia
Guidu _____

Merci, Guidu, de mettre mes pas dans ceux de la « Belle Hélène ». Et de me renvoyer à ce superbe tableau de rapt, peint par Guido Reni. Je savais que l’épouse de Ménélas, roi de Sparte, était aussi la soeur des Dioscures. Castor et Pollux, des Gémeaux que j’affectionne, vous le savez. J’ignorais en revanche que, par assimilation aux feux Saint- Elme, les inséparables passaient pour être protecteurs des marins.

Vous dites que vous aimez cette toile. En dépit de sa complexité. La longue digression exclusivement mythologique donnée par le site Insecula n’est en effet pas très éclairante. La légende d’Hélène y est longuement narrée, mais rien ne nous est dit du tableau lui-même ni des interprétations diverses que l’on peut en donner.
Voici donc, très modestement, une piste de lecture :
je crois que là aussi, il faut replacer cette toile dans son contexte historico-religieux, celui de la Contre-Réforme donc. Et voir dans ce tableau d’inspiration apparemment profane, une scène à coloration mystique. Les visages des femmes ont la douceur qui baigne habituellement les figures des Saintes Femmes ou celles de personnages sacrés. Sous le pinceau du Guide, la scène de rapt païen de l’Antiquité, emplie de bruit et de brutalité, est transfigurée. En une scène de procession mariale. Empreinte d’une volupté toute de retenue. Ici, chez le Guide, les délices sont à venir. Ce qui semble être conforme à l’esprit de l’époque dans laquelle baigne le peintre.

Je cherchais des renseignements sur Atalante et Hippomène de Guido Reni.
C'était mon jour de chance. Je tombe sur votre site. Un commentaire clair, précis, intelligent. Ce qui m'a permis de me promener chez vous ou dans les liens remarquables que vous insérez. Il aurait été malhonnête de ne pas vous écrire pour vous dire l'intérêt et le plaisir que m'a procuré cette (rare) visite. J'y reviendrai, vu sa richesse.
Tous mes remerciements, et si j'ose, ...mes félicitations !

Je suis justement en train d'analyser cette oeuvre. Il y a tant de choses à dire sur elle et tant de traits à faire que j'ai de la difficulté à me comprendre! Elle est vraiment magnifique et il est évident que le peintre y a très pensé avant de la faire.

comment Le Guide signait-il ses toiles? Guido? Guido Reni? Reni? GR?
merci de vos appréciations
Cordialement
François

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.