« Jean-Michel Maulpoix | La mâture de la mer est illusoire | Accueil | Thétis la Titanide, ma sœur lagunaire »

22 novembre 2005

Commentaires

Me voici de retour sur le magnifique blog d'Angèle et je tombe sur Catherine Pozzi dont, ce matin encore, je lisais un poème que je vous retranscris. Belle coïncidence!

"Très haut amour, s'il se peut que je meure
Sans avoir su d'où je vous possédais,
En quel soleil était votre demeure
En quel passé votre temps, en quelle heure
Je vous aimais,
Très haut amour qui passez la mémoire,
Feu sans foyer dont j'ai fait tout mon jour,
En quel destin vous traciez mon histoire,
En quel sommeil se voyait votre gloire,
Ô mon séjour.
Quand je serai pour moi—même perdue
Et divisée à l'abîme infini,
Infiniment, quand je serai rompue,
Quand le présent dont je suis revêtue
Aura trahi,
Par l'univers en mille corps brisée,
De mille instants non rassemblés encor,
De cendre aux cieux jusqu'au néant vannée,
Vous referez pour une étrange année
Un seul trésor
Vous referez mon nom et mon image
De mille corps emportés par le jour,
Vive unité sans nom et sans visage,
Cœur de l'esprit, ô centre du mirage
Très haut amour."

(Catherine Pozzi, Très haut amour. Poèmes et autres textes,Gallimard/Poésie, 2002)

Alors aujourd'hui, c'est Catherine Pozzi qui retient mon attention avec ce texte sublime que je fais mien. Comme je me retrouve dans l'écriture du premier paragraphe. Que cette ironie lucide sur ses désirs me va bien. Merci Angèle d'avoir ajouté à ma collection du beau, du vrai, de l'émotion immaculée. Et puis, une petite question à "M. l'architecte et photographe" : où peut-on voir cette magnifique tête de femme dont la pureté et le dénuement des traits me bouleversent ?

Ma chère Marielle,

Savez-vous que le poème que vous venez de citer est chanté aujourd'hui par Véronique Pestel. On le retrouve dans son album Canis bulle, sorti le 15 septembre dernier ?
Véronique (qui habite en Haute-Savoie) vient même régulièrement par chez vous, puisqu'elle sera à LUTRY du vendredi 20 au dimanche 22 janvier 2006.

Ici même ! Tout simplement...
Amicizia
Guidu : "M. l'Architecte et photographe"

Ah bon ! Guidu, si je peux me permettre cette familiarité, pourriez-vous svp être plus précis ? Je cherche et ne trouve pas...ou bien je n'ai rien compris !
Amitiés.

Oui, c'est vrai, Pascale, cette réponse fort sybilline ne peut être comprise que de Guidu. Qui a décidé, ce matin, de jouer les sphinx. Je vais essayer d'être votre go-between...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.