https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup 1er novembre 1994 | Alain Bashung à l’Olympia - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004

septembre 2021

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.





De l’autre côté





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main











Écrivez-moi









Retour à l'accueil








































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































































« 1er novembre 1972 | Mort d’Ezra Pound | Accueil | HUIT fabienne 3 »

Commentaires

Que de chansons extraordinaires, quel art de la langue chez Bashung. Le dernier disque l'Impatience est magnifique. Et pourtant, que je vous dise : je suis férue de musique classique, je n'ai presque écouté que ça toute ma vie, je connais peu et mal la chanson française (même les grands), un peu de pop jadis... mais lorsque j'ai entendu Bashung, j'ai été immédiatement conquise par la triple alliance : la musique, les mots, le grain de la voix. Ses textes ont une vraie portée pour certains et cette musique fait partie de celles qui vous hantent, qui reviennent à des moments précis sans que l'on sache trop pourquoi. Combien de fois me suis-je murmurée ou plus exactement ai-je entendu en moi le "laisse venir, laisse venir, laisse venir... l'impatience" plusieurs fois répétée, ressassée du dernier disque. Je viens, grâce à vous Angèle, de connaître quelqu'un qui, à certains égards, n'est pas éloigné de Bashung, Jean Guidoni, et je retrouve dans le disque Trapèze de ce dernier la même capacité d' envoûtement que celle suscitée par l'Impatience.

Merci, ma chère Florence, de ces aveux qui me touchent. Vous rapprochez Bashung et Guidoni et vous avez raison. Outre ce que vous dites de leur talent de paroliers et de musiciens, ils ont en commun ce côté « underground » que j’affectionne particulièrement. Avec ces deux-là, on est sûr de nager très au large du politiquement correct. Ils possèdent l’un et l’autre le pouvoir de faire basculer hors des frontières. Il suffit de se laisser porter par la musique des mots pour s’embarquer avec eux dans le voyage. Jusque dans des profondeurs insoupçonnées. Dont on ne revient pas indemne. Comme vous, je me surprends à fredonner les mots et les airs de Bashung qui continuent de me bouleverser. Pour Guidoni, je laisse décanter un peu, au lendemain du concert auquel j’ai assisté le mois dernier. Je crains sans doute qu’il ne m’entraîne dans des lointains dont je sais qu’il est difficile de revenir.


Florence, il ne te reste plus qu'à découvrir les anciens albums de Jean Guidoni et particulièrement http://www.deezer.com/track/1694540>Crime Passionnel. Je suis persuadée que tu seras conquise, n'est-ce pas Angèle ?


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.