« 27 octobre 1900 | Isabelle Eberhardt, Écrits sur le sable | Accueil | CINQ alice »

27 octobre 2005

Commentaires

Il m'apparaît l'égal des dieux
cet homme qui face à toi
est assis, et proche, t'écoute
parler doucement

et rire, désirable, ce qui certes
dans ma poitrine a ébranlé mon coeur;
dès que je te vois un instant, plus aucun son
ne me vient,

mais ma langue se brise, un feu léger
aussitôt court dans ma chair
avec mes yeux je ne vois rien, mes oreilles
résonnent,

sur moi une sueur se répand, un tremblement
m'envahi, je suis plus verte
que l'herbe, et peu éloignée de la mort
je m'apparais à moi-même.

Mais il faut tout oser, puisque

Sappho, Ode à une Aimée, traduit par Pascal Charvet.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.