« Antonella Anedda | octobre, nuit | Accueil | 20 octobre 1854 | Naissance d’Arthur Rimbaud »

20 octobre 2005

Commentaires

La première photo est connue, je l'avais déjà vue il y a quelque temps, on dirait un tableau, elle a un aspect irréel et pourtant la scène est simple, si simple, la lumière donne toute sa dimension au décor, aux formes, elle raconte l'histoire de cette photo... Cette photo est une impression, elle est vraiment belle.

Oui, en effet, en mettant en ligne cette très célèbre photo de Willy Ronis, j'ai songé à une toile de Pierre Bonnard, et au recueil poétique de Guy Goffette : Elle, par bonheur, et toujours nue, consacré au même Pierre Bonnard. Il y a dans cette photo un côté "lost paradise" mais aussi "vrai" qui me touche beaucoup. Bonnard disait qu'"en peinture, la vérité est près de l'erreur". Je crois que cela concerne aussi la photographie. Mais où est l'erreur d'après vous ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.