« Plume de geai bleu | Accueil | Antonella Anedda | octobre, nuit »

19 octobre 2005

Commentaires

"Ne me laissez pas pour mort, parce que les journaux auront annoncé que je n'y suis plus. Je me ferai plus humble que je ne suis maintenant. Il le faudra bien. Je compte sur toi, lecteur, sur toi qui me vas lire, quelque jour, sur toi lectrice. Ne me laisse pas seul avec les morts comme un soldat sur le front qui ne reçoit pas de lettres. Choisis-moi parmi eux, pour ma grande anxiété et mon grand désir. Parle-moi alors, je t’en prie, j’y compte."

Henri Michaux, Ecuador, Gallimard, Collection L'imaginaire, page 78.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.