« 6 juin 1968 | Henri Bosco, Grand Prix de l’Académie Française | Accueil | Valery Larbaud | Le masque »

06 juin 2005

Commentaires

Merci beaucoup Marielle pour cet article ! Je ne connaissais pas du tout l'Abbaye de la Maigrauge. Tu m’as donné envie de la visiter. Dans la région où je vis, il y a de belles abbayes cisterciennes de style roman très dépouillées, parfaitement adaptées au climat méditerranéen. Particulièrement l’abbaye du Thoronet à Lorgues dans le Var !
L’Architecte aixois Fernand Pouillon a un écrit un livre magnifique (très connu, prix Médicis 1964) mais peut être oublié maintenant, Les Pierres sauvages, journal (apocryphe) d’un moine constructeur (Fernand Pouillon lui-même... dans la robe de bure du personnage) racontant la construction de cette abbaye du Thoronet. Une très belle écriture. Passionnant.

Amicizia
Guidu________

Contrairement à ce que mentionne Jacques Lucan (auteur de Fernand Pouillon architecte, Picard, 2003) et comme me l'a signalé Guidu, il ne semble pas que Les Pierres sauvages aient bénéficié d'une réédition (en album de luxe) en 1977, aux éditions du Jardin de Flore (maison d'édition que Fernand Pouillon a lui-même créée). En revanche, l'édition de 1964 au Seuil est toujours apparemment disponible. A ce propos, j'ai longtemps ignoré que Fernand Pouillon avait été associé à Auguste Perret pour la reconstruction après-guerre du Vieux-Port de Marseille, et que c'est cela précisément qui avait été le point de départ de sa carrière. Deux architectes souvent méprisés (probablement par ignorance) par le grand public. Heureusement, l'exposition "FERNAND POUILLON, ARCHITECTE" qui s'est tenue en 2003 au Pavillon de l'Arsenal à Paris et celle de Lausanne et Zurich en 2004 (FERNAND POUILLON - LOGEMENTS EN ILE-DE-FRANCE - MONTROUGE, PANTIN, MEUDON-LA-FORET, BOULOGNE), ont permis de rendre à Pouillon l'hommage qui lui est dû (loin des parfums de scandale qui l'entourent).
Par ailleurs, Guidu, il n'est peut-être pas inutile de redonner les noms des deux autres abbayes (Sénanque et Silvacane) de la merveilleuse trilogie cistercienne édifiée dans ta région. Trois abbayes auxquelles Pouillon a consacré de son vivant des publications prestigieuses.

Comme je viens de le vérifier, on trouve un large extrait des Pierres sauvages, dans le petit Découvertes Gallimard de Léon Pressouyre, Le Rêve cistercien, une très belle (et très accessible) synthèse sur l'aventure spirituelle des Cisterciens commencée en 1098.

La route des abbayes,
à ces trois soeurs si chères à mon coeur, j'en rajoute une plus au sud, en allant vers Narbonne, celle de Fontfroide. L'émotion à fleur de peau devant tant de pureté, de rigueur, et quand en plus on peut y goûter la musique après le silence, un vrai bonheur.
Lors d'un voyage en Algérie, j'ai pu apprécier l'architecture de Pouillon dans une oasis, Bou Säâda. Ma chambre immense avait les ouvertures sur toute la hauteur de la pièce, soit sur un palmier, soit sur le minéral des roches...
Je vais lire Les Pierres sauvages, merci de m'en avoir donné l'envie...
Bonne journée et tendresse pour Angèle...

Une citation extraite du chapitre « La poétique de l’espace » de l’ouvrage Le Rêve cistercien que j’ai déjà mentionné :

« Dans un espace réel où les « horribles et vastes solitudes » ne seront bientôt plus qu’un souvenir, les Cisterciens ont eu soin de cultiver l’illusion de la nature vierge et d’entretenir le rêve du désert par une véritable poétique de l’espace. L’extraordinaire vertu onirique des toponymes cisterciens n’a pas échappé à leurs contemporains. […] Pour nous, la puissance d’évocation de vocables qui expriment la beauté des lieux reste intacte : par la magie du verbe, les moines ont abstrait d’une nature médiocre et hostile la beauté des vallées (Bonnecombe, Bellecombe, Bellevaux, Bonnevaux, Valbonne ou Valbuena), la fraîcheur des eaux et la pureté des sources (Fontfroide, Acquafredda, Fontenay, Fontaine, Fountains, Bellaigue, Aiguebelle ou Acquaformosa) et, plus précieuse encore, cette clarté qui irise les ruisseaux et les rivières (Vauclair, Vauluisant, Clairmarais, Clairvaux ou Chiaravalle). » (pp. 34-35)

"Le rêve cistercien" est un petit ouvrage que je trouve assez complet et riche, dans son genre. Mon compagnon et moi étant des passionnés d'abbayes et d'architecture romane, dès que nous en avons l'occasion, nous en visitons.
Dans l'extrait cité par Yves, Fontenay est mentionné. C'est un endroit extraordinaire que je conseille à tous ceux qui ne connaîtraient pas encore. Certes rénové, préparé aux touristes et peut-être trop aseptisé au goût de certains, mais il s'en dégage une telle atmosphère... c'est impressionnant.
Et je constate que la région de Guidu recèle de trésors! Je les ajoute à ma liste :)


Je crains que vous ne commettiez une erreur en ce qui concerne la réédition des Pierres Sauvages par les Editions du Jardin de Flore. Celle-ci a bien eu lieu en 1978 en édition de grand luxe, avec illustrations de Fernand Pouillon, limitée à 150 exemplaires plus quelques exemplaires nominatifs. Edition donc très rare à trouver.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.