« Joëlle Gardes | Madeleine B | Accueil | Mario Luzi | Il pensiero fluttuante della felicità »

10 juin 2005

Commentaires

J’ai lu ce texte de Freud en entier il y a fort longtemps. Merci Angèle de me le rappeler. Le seul d’ailleurs qui ne me soit pas tombé des mains. En effet, comme artiste obsédé de visuel, j’étais intrigué par les formes et les images que je voyais surgir de mon imagination. Et de mon travail aussi (il n’y a pas de chef-d’œuvre paresseux, disait Salvador Dali. On me pardonnera l’immodestie de la comparaison. Elle me sert seulement à faire comprendre mon propos). Je voulais comprendre pourquoi je faisais ceci ou cela. Evidemment je n’ai jamais su. Enfin pas vraiment. Le temps passant et l’expérience venue. Je sais que je ne sais toujours pas. Bref, de ce temps-là, j’ai retrouvé un texte. Que dit-il ? Peut être qu’il vaut mieux faire que de savoir pourquoi l’on fait ! Me direz-vous ?

Voici :
__________________________

LEONARD FREUD

Dans le lointain derrière
Le maître esquisse des mystères
Comme la mer qui à l'horizon attire
Pour Léonard de Vinci c'est sûr
L'humanité soupire.
Le professeur déjà très vieux
Tendrement lui écarte les cheveux
Pour débusquer en vain
Tous les secrets de son hémisphère
Il a beau évoquer le vautour
Et à défaut comme lui
D'errer au sommet d'une tour
Dans celle de Léonard bien sûr
Il lui faudra entrer.

En songe je l'ai vu
Assaillir un beau matin
Par le mauvais côté l'édifice penché
Que d'aucuns en ces temps-là
Attribuèrent au Florentin.
____________________________________

Pas très clair tout ça !

Comme Architecte en revanche, je vous propose un autre texte. Il est de ROLAND CASTRO. Un de mes maîtres :
LE CORBUSIER N’A PAS RENCONTRE FREUD que j’ai illustré par un photo-collage

Amicizia
Guidu___________

J'ai toujours été partagé quant aux rapports de la psychanalyse et de l'oeuvre d'art. La psychanalyse (m')invite à un certain voyeurisme. Reprenons : à un voyeurisme certain.
Difficile d'y résister parfois à cette pulsion.
Mais, bon, l'Acte d'Artiste - un des Actes d'Artistes - c'est VOIR, pas VOYER. Donc, Freud j'essaye de me dire que je m'en tape.

Pour ce qui est du beau texte de Castro posté par Guidu, j'en relève cette phrase superbe :
"La ville est une poétique. J'ai toujours rêvé que l'architecture devienne littéraire."

D'ailleurs il l'avait vu, Castro, la beauté de sa phrase, puisqu'il la répète deux fois.

bises villageoises


Merci Angèle pour ce "souvenir" doublement mémorable puisqu'il me rappelle non seulement l'oeuvre en question (lue il y a plusieurs années), mais également le plaisir de mes années d'étudiante. Replacées dans leur contexte, les interprétations freudiennes demeurent fort intéressantes. Certaines ont vieilli, bien sûr, sans doute du fait des tabous qui, modelés par l'époque qui les voit naître, se désagrègent tranquillement avant d'atteindre leur point zéro: l'obsolescence. Il reste, cependant, que la "manière" de Freud (sa poursuite du "fil rouge" de la pensée créatrice à travers tous les signes qui, hors de la linéarité de l'oeuvre, en constitue la trame primaire) m'apparaît toujours d'actualité, dès lors qu'il s'agit d'envisager la création artistique ou littéraire. Une sorte de jeu de détective auquel j'adore me livrer!
À bientôt, La Juvéniste

Bonjour à tous, j'ai lu avec intérêt l'ouvrage de Freud traduit par Dominique Tassel concernant le souvenir d'enfance de Léonard de Vinci aux éditions points essais, mars 2011 et je voudrais insérer une remarque qui à mon sens a beaucoup d'importance. en effet, on lit page 19 ligne 13 sous la plume de Clotilde Leguil (présentation) : "Léonard est né en 1425 en Toscane à Vinci..." puis page 39 lignes 18-19 (chapitre I) : "les contemporains admiraient déjà en Léonard de Vinci (1452-1519)" et enfin page 67 ligne 23 (chapitre I): "Il (Leonard) est né en 1542 dans la petite ville de Vinci".
Il m'a fallu aller aux dictionnaires pour savoir qu'il était né en 1452!!!
Ces différentes années de naissance de Léonard de Vinci mises dans le livre devraient intéresser les psychanalystes contemporains.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.