« Vera Pavlova | Ce n’est pas moi | Accueil | Les Trois Moires »

04 mai 2005

Commentaires


J'ai eu autrefois la chance de rencontrer Jean Dessertenne, et de travailler quelque temps avec lui. Il m'a laissé une de ces traces profondes qui aident à la construction d'une vie, et même sans qu'on y pense, qui reste toute la vie.
J'ai un immense plaisir à le retrouver, justement aimé sans ostentation, et les propos que je lis ici sont ceux que j'aurais aimé savoir écrire. Merci à Robert Tzakiri et à vous tous qui animez ce site à sa mémoire..
Marc Riembault




Je serais heureux si je pouvais retrouver un texte de Jean Dessertenne, dont le titre, dans ma mémoire tronquée, serait "De (mots manquants).... aux états supérieurs de conscience". Je crois qu'il l'avait publié dans Esprit ou les Temps Modernes. Il me l'avait prêté, je l'avais patiemment recopié (à la main!), un ami commun a omis de me le rendre...
Si quelqu'un a une idée, ces pages représentaient beaucoup pour moi. Merci.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.