« 28 mai 1966/Michel Polnareff, « La Poupée qui fait non » | Accueil | Antonella Anedda/maggio, notte »

29 mai 2005

29 mai 1964/Création du Théâtre du Soleil

Éphéméride culturel à rebours




Ariane_mnouchkine
Ariane Mnouchkine
Image, G.AdC



Le 29 mai 2004, le Théâtre du Soleil fêtait ses 40 ans. Ariane Mnouchkine, la grande prêtresse du lieu, conviait ses amis à célébrer avec elle ce grand moment d’émotion. Simon Abkarian, Myriam Azincot, Juliana Carneiro de Cunha, Guy-Claude François, son scénographe, la photographe Martine Franck, quelques comédiens en stage chez elle. Et Hélène Cixous, l’amie de cœur... Seuls les fidèles sont là, ceux qui partagent avec elle l’aventure exigeante et difficile des comédiens et des gens de théâtre.
Peut-être aujourd’hui encore, un an plus tard, rassemblera-t-elle autour d’elle tous ceux et celles qui continuent de contribuer à la magie du lieu ? La Cartoucherie de Vincennes.

La Cartoucherie de Vincennes ? Que de fois je m’y suis rendue, emplie d’un exaltant bonheur, que de fois j’y ai croisé, admiratrice silencieuse et émue, la grande dame déambulant parmi « ses gens », ou orchestrant le spectacle en pleine action ? Je me souviens de mes longues itinérances nocturnes pour rejoindre ce lieu, « d’une familiarité grandiose, d’une humilité majestueuse » ! Que de repas partagés dans le vaste hall, bourdonnant de l’effervescence de l’attente ? Que de temps passé à assister, dans une fascination enfantine, à la cérémonie de l’habillage des comédiens ? À les regarder s’entraider dans les coulisses ? Pour s’adonner au rituel silencieux, à peine ponctué de quelques remarques à voix basse, de la pose des masques. Ou du laçage des cuirasses, superpositions de crinolines, bustiers et carcans empesés. Que de nuits ferventes à vibrer aux chants obscurs des Tambours sur la digue. Ou de ceux encore plus sombres du cérémonial des Atrides. Le triptyque de L’Orestie d’Eschyle.

Elle se souvient de ces longues nuits d’hiver où ils prenaient place sur les hauteurs de l’amphithéâtre pour assister aux différents épisodes de la trilogie. Ariane était là, dans leur dos. Soudain, n’y tenant plus, elle avait quitté son poste, interrompant le spectacle. Elle était descendue dans l’arène des acteurs et avait distribué des consignes. Transformant la pièce en répétition improvisée. Elle avait prié son public de ne pas quitter la salle. Elle rembourserait chacun des spectateurs. Elle faisait appel à leur indulgence. Le travail reprit. Et dura toute une partie de la nuit. Ils ne sentaient ni la fatigue, ni le sommeil, ni l’inconfort de leur installation. La magie opérait dans ces décors d’un autre temps, portée par ces voix ancestrales, qui faisaient immerger chacun d'eux dans ses lointaines origines. Ils avaient éprouvé dans leurs fibres les tensions charnelles qui unissaient les acteurs avec leur metteur en scène. Ils avaient partagé le même trac, les mêmes folies criminelles, les mêmes passions, les mêmes douleurs. Ils sortaient des Atrides meurtris mais comblés. Remplis pour longtemps d’une force vitale mystérieuse qui continuerait d’agir dans leurs chairs, à leur insu.
C’était cela, le Théâtre du Soleil. C’est toujours cela. Une exigeante énergie, nourrie de la passion d’Ariane Mnouchkine pour le théâtre, passion qu'elle partage avec ses acteurs, avec la communauté de ses artistes. Et avec son public. C’est de ce partage que se nourrit la force vitale d’Ariane Mnouchkine. Force vitale qui est aussi un don de soi.

Angèle Paoli
D.R. Texte angèlepaoli




Atrides_1
Source



«  Ma seule arme, c’est le renoncement, toujours possible. Mais si je m’en vais un jour, c’est parce que je me serai dit: le Soleil existe depuis quarante ans, aujourd’hui je n’ai plus la force qu’il soit tous les jours sur la pente ascendante. Car nous avons tous une pente et, chaque matin, il nous faut décider : est-ce que je la monte ou est-ce que je la descends ? Quelqu’un qui dirige, c’est quelqu’un qui doit se débrouiller pour toujours faire monter la pente. Et aussi, c’est quelqu’un qui unit. Et jusqu’à présent, je crois que j’ai su unir.
-Autour de quoi ?
-Du théâtre. De l’utilité du théâtre. De l’utilité civilisatrice du théâtre. Du pouvoir éducateur du théâtre. Du pouvoir progressiste du théâtre. Même si c’est fragile. Il faut résister au diable. Et parfois être impopulaire. Le diable, ça veut dire division. C’est l’étymologie du mot diable : celui qui fait deux, là où il y avait un. Parfois il vaut mieux unir contre soi plutôt que de désunir. Il faut ce courage. »


Ariane Mnouchkine, Entretiens avec Fabienne Pascaud, L’Art du présent, Plon, 2005, pp. 186-187



TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/2531262

Voici les sites qui parlent de 29 mai 1964/Création du Théâtre du Soleil:

Commentaires

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce weblog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier