« Nicolas Floc'h | Accueil | 22 mai 1911/Le Martyre de saint Sébastien de Debussy »

21 mai 2005

21 mai 1973/Mort de Carlo Emilio Gadda

Éphéméride culturel à rebours




Mort à Rome, le 21 mai 1973, de l'écrivain Carlo Emilio Gadda, un des plus grands seigneurs de l'écriture du XXe siècle, et un modèle pour le Gruppo 63 (Nanni Balestrini, Edoardo Sanguineti, Umberto Eco, Alberto Arbasino, Giorgio Manganelli, Giuseppe Pontiggia, ...) et la Néo-avant-garde italienne (Neoavanguardia).




Gaddasegnaletico
Carlo Emilio Gadda
Source




Lorsque Carlo Emilo Gadda (né au 5 de la via Manzoni à Milan le 14 novembre 1893) meurt à Rome le 21 mai 1973, il y a beau temps que l’ingénieur-écrivain a choisi de se retirer dans la solitude et de se tenir à l’écart des mondanités de la vie littéraire romaine. Pour lesquelles il n’éprouve que mépris et hostilité. En dépit de ce choix qui correspond à son désir, les ultimes années de la vie de Gadda sont assombries par des blessures mal cicatrisées qui tiennent en éveil angoisses et amertumes rageuses.

De formation scientifique, Carlo Emilio Gadda, ingénieur en électronique commence sa carrière d’écrivain en rédigeant des articles à caractère technique pour le journal milanais L’Ambrosiano. Mais sa situation financière souvent critique le tient dans un perpétuel désespoir. Pourtant Gadda s’est déjà imposé comme écrivain, notamment avec des romans comme La Madonna dei filosofi (1931), Il Castello di Udine (1934) ou encore L’Adalgisa (Disegni milanesi) (1944). Mais il lui faudra attendre la publication par Livio Garzanti de Quer pasticciaccio brutto de via Merulana (1957) [L'Affreux Pastis de la rue des Merles], dont des extraits avaient été publiés dans la revue Letteratura de 1946 à 1947, pour voir l’ensemble de son œuvre publié à nouveau et bénéficier d’une large audience. En 1963, la publication de son roman La cognizione del dolore (La Connaissance de la douleur) lui vaut le Prix International de Littérature.

Par leur structure labyrinthique mais aussi par les modalités d'écriture (d'une inventivité féconde et tourmentée), les romans de Carlo Emilio Gadda s’apparentent à l’œuvre de Joyce. Véritable laboratoire de langue, y sont présentes toutes les ressources du langage (dialectes, styles, genres, etc.), rendant compte d'une réalité fragmentée et polymorphe.

Depuis la mort de l'écrivain en 1973, le « continent Gadda » ne cesse d'être redécouvert et exploré. C'est ainsi qu'ont été notamment publiées Meditazione milanese (Einaudi, Turin, 1974), Romanzo italiano di ignoto del Novecento (Einaudi, Turin, 1983) et Un fulmine sul 220 (une nouvelle dont Gadda avait entrepris l'écriture en 1931, nouvelle qu'il transforma en roman en cinq chapitres, et qu'il finit par abandonner en 1936. Ce roman a été reconstruit en 2000 par Dante Isella d'après les notes et carnets autographes de Gadda).

Angèle Paoli
Texte©angèlepaoli



EXTRAIT de QUER PASTICCIACCIO DE VIA MERULANA

« Mannaggia ’o pennacchie ’e chillu francese… » borbottò don Ciccio strizzando i denti: erano quelli d’un bull-dog: e la cucina all’ aglio li rendeva bianchissimi. Si vedeva beccar via i cchiù guappi uno dopo l’altro, pe’ mandarli a ingrassà la squadra: a’ squadra politica. Lui intanto steva a grufolà tra li papié.
C’era da pensare a quel bel torno, ora: e un po’ seriamente. Bel torno: si: bello: proprio bello. E a corto de quatrini.
Gli pareva di ricordare una frase del Balducci, una sera alla « cantina di Albano », uscita come a un benigno opinante da quel suo faccione rubizzo: parlava d’una cugina. « Le donne, se sa, quanno so’ innamorate… » aveva cacciate o’ portasigarette, « non badano a certe miserie. Hanno le vedute larghe.» Aveva acceso a Ingravallo, aveva acceso la propria. « Largheggiano, largheggiano. » Là per là non ci aveva fatto caso: le nobbili opinioni del dopocena. Con lui Ingravallo dottor Francesco, a vero dire, nessuna donna aveva mai largheggiato: salvo forse, già, già, la povera signora :in bontà, in gentilezza: come una gentile…inspiratrice. In onor di lei, una volta (arrossì) aveva tentato…un sonetto. Ma non gli erano venute tutte le rime. I versi, però, anche ’o professore Cammaruto li aveva trovati perfetti. « Largheggiano, largheggiano. » Gli pareva, ora, di dover convalidare quella insinuazione un pò generica: forse, già, le donne. « Don Cicce ! ne tenesse nu poco’ a parte. » Il pensiero gli correva via dietro a una rabbia, dietro a una vendicativa rancura. « Mollano pure soldi, oltre al resto ? » No, no. Volle distornare l’ipotesi. Da troppi segni, no, Liliana Balducci…no, no, non era innamorata del cugino. Innamorata? Che, che! Si, certo lo aveva guardato compiaciuta, chella vota, sorridendogli, ma… come a un bel campione della famiglia, come si sorride a un fratello. Uno, ora lo capiva, uno che faceva onore alla gente: disceso anche lui dallo stesso nonno, a lui, anzi, bisnonno. Lei, povera creatura, cugina di suo padre, era. Lei non aveva più né padre né madre. Soltanto ’o marite, bah ! E Giuliano…un bel pollone dritto dritto, venuto su tutto in un momento della medesima ceppaia. Forse…ah, già, s’erano frequentati da ragazzi: come cugini. La genealogia (don Ciccio consultò un fogleietto) glie l’aveva racimolata Pompeo. « Zia sua, zi’ Marietta, la moje de zi’ Cesare, era la nonna de Giuliano. Ereno cresciuti insieme, se po dì. Sicché lei, a Giuliano, je parlava come una sorella. Una sorella più granne. »
« E comm’è che si chiamava Valdarena pure essa, da ragazza ?... »
« Com’è ? Ma se spiega appunto cor fatto che er padre suo e er nonno de Giuliano, zi’ Cesare, ereno fratelli. »
« Pecché allora me tiri in scena la Marietta ? ’A parentela, semmai, viene dagli uomini, dai due padri… »
« Sicuro ! »
« Sicuro na capa e’ cavolo ! Zi’ Marietta me l’hai a levà da li cojoni. »

Carlo Emilio Gadda, Quer pasticciaccio brutto de via MerulanaAldo Garzanti Editore, 1957, pp. 78-79-80.


NOTE d'A.P. : Je mets en ligne une traduction dans le courant de l'après-midi de ce dimanche.



TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/t/trackback/2493137

Voici les sites qui parlent de 21 mai 1973/Mort de Carlo Emilio Gadda:

Commentaires

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas sur ce weblog tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Si vous avez un compte TypeKey ou TypePad, merci de vous identifier