https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup 6 avril 1327 | Pétrarque fait la rencontre de Laure - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
___ Index des auteurs cités

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Noir écrin
Noir écrin
Corse Carnets Nomades(1)
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Murales
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
Les topiques d'Angèle Paoli
___ Index de mes topiques
Bleu _Fotor
_____ Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Christine Quoiraud : appel à marcher | Accueil | Maria Venezia | Prendi un labirinto »

06 avril 2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

À la louange de Laure et de Pétrarque

Chose italienne où Shakespeare a passé
Mais que Ronsard fit superbement française,
Fine basilique au large diocèse,
Saint-Pierre-des-Vers, immense et condensé,
Elle, ta marraine, et Lui qui t'a pensé,
Dogme entier toujours debout sous l'exégèse
Même edmondschéresque ou francisquesarceyse,
Sonnet, force acquise et trésor amassé,
Ceux-là sont très bons et toujours vénérables,
Ayant procuré leur luxe aux misérables
Et l'or fou qui sied aux pauvres glorieux,
Aux poètes fiers comme les gueux d'Espagne,
Aux vierges qu'exalte un rythme exact, aux yeux
Épris d'ordre, aux cœurs qu'un vœu chaste accompagne.

Paul Verlaine, extrait du recueil Jadis et Naguère

Classique, propre, net. Carré. Un italien épuré. Et en même temps, qui ne peut se reconnaître dans ces vers?

Chère Angèle,

Connaissiez-vous ce texte de Sylvie Doizelet, extrait du récit La Dame de Pétrarque?

« Du 6 avril 1327 (c’était vous le savez un vendredi saint) au 18 juillet 1374, un homme a souffert, un homme a aimé, et vous vous moquez de lui. Pendant quarante-sept ans, un homme a connu le supplice d’être « suspendu, arrêté » dans une attente et un désir sans fin, est resté tout au long d’une existence « entre vivant et mort », sans espoir de trouver de repos à son tourment »

Sylvie Doizelet, La Dame de Pétrarque, Gallimard 1999, p.13


L'amour impossible et bouleversant entre la belle Laura et le poète.
Les poèmes de Petrarque sont l'occasion d'une série incroyable de jeux de mots avec le prénom de l'aimée : Laura, l'aura.
Par ailleurs, le chantre Italien livre une humanité et une psychologie incroyables en son temps (de mémoire, il écrivait "lo star mi strugge e il fuggir non m'aiuta"). Dans la même veine "humaniste" puisque c'est de cela dont il est question, l'échange dans le "Secretum meum" entre lui et Saint Augustin, fait l'apologie d'une introspection avant la lettre.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.