« «Navire night» | Accueil | Myriam Montoya | Bachue »

14 mars 2005

Commentaires

ERRANCE and C°_______________________

Des oiseux panaméens
Fées d'hiver de cette mer de Chine,
Survolent les cimes mongoles
Parsemées d'iris pétulante.
Le ciel, outre mer est splendide,
Surtout qu'au bout du gibet
Toute revêtue de gris, la lune pend.
Ecoute, on les entend les cloches du matin
Résonner près de Sienne !
Là-bas la terre striée de vert Véronèse,
Se moutonne de plantes boréales.
Et comme la potence qui consacre la victoire des oligarchies,
Le beffroi surmonté d'un dôme sculpté
Crie la joie de la faille, de l'imperfection, de l'incohérence.
Regarde, enfant blond de Venise,
Pour faire la guerre aux maux
Moi, souci niais,
Je m'engage dans ton association de mots illicites.

Amicizia
Guidu __________________

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.