https://terresdefemmes.blogs.com/.a/6a00d8345167db69e2026bdeb2246c200c-popup Yves Bonnefoy | Les Raisins de Zeuxis - Terres de femmes
Ma Photo

Prix de la critique poétique Aristote 2013

Blog powered by Typepad
Membre depuis 12/2004
BIBILIOTHEQUE
Index des auteurs cités
AMELIA-ROSSELLI-
Éphéméride culturelle
NOAILLES
L'instant Noailles
PATINIR
Le dernier rêve de Patinir

Italies Fabulae




  • Italies-fabulae-Paoli



    Angèle Paoli, Italies Fabulae
    Éditions Al Manar, 2017.



Solitude des seuils
Solitude des seuils



De l’autre côté

Le Lion des Abruzzes
chez Cousu Main






Arbre bruyère
L'arbre bruyère, avec Stéphane Causse





Rouges de Chine




  • ROUGES DE CHINE => PAGE D'ACCUEIL






Éclats d’éclats




  • Éclats d’éclats



MURALE 1
Murales
Mazzeri
Mazzeri
Noir écrin
Noir écrin
Manfarinu l'ane de Noël(1)
Manfarinu l'âne de Noël
Le tour de Corse à la voile 150
Le tour de Corse à la voile
CANARI
Santa Maria Assunta de Canari
Les topiques d'Angèle Paoli
Index de mes topiques
Bleu _Fotor
Anthologie du bleu
BNF lettrage
Angèle Paoli / Data Bnf
6a00d8345167db69e2010534cb4443970b-800wi
Angèle Paoli / Zilbal -donna
LES PLANCHES COURBES YVES BONNEFOY
Lecture des - Planches courbes - d'Yves Bonnefoy

« Étape à San Clemente | Accueil | Veri similis »

07 janvier 2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Désirs

Je suis le bruit du monde
le balancement inapaisé entre ici et ailleurs
la frondaison muette du cactus
le bois rugueux qui recouvre le gecko
les rais du caméléon jaune soleil
le lit du livre-monde
où les pages sont autant des vagues de la quête
toujours recommencée

Abdourahman Waberi (1965)
Poésie 1, Le Magazine de la Poésie,
Le cherche midi Editeur, mars 2000, p. 74.

L'INNOMMABLE AU JOUR LE JOUR_______

Je suis sorti ce matin simplement pour sentir la déclivité des rues éroder mes semelles. La ville ces jours-ci s'est revêtue de moiteur. Les tropiques escortées d'oiseaux migrateurs sont de passage. Sous mes pieds, je le sens, le trottoir colle. Mais cette glu n'aura pas raison de ma démarche et, à défaut d'exposer sur l'allée d'en face une irritante difficulté à cerner le sens de ces temps bien incertains, je m'invente une raison supplémentaire pour écrire sur la ville en m'enfonçant dans les dunes tièdes d'une cité antique.

Je marche où j'écris pour faire de chaque quartier un chapitre. Les rues silencieuses comme des pages blanches attendent des majuscules. Ces empreintes que je laisse derrière moi, chaque fois qu'il me faut inscrire sur le sol des chimères sans forme, sont des caractères qui s'impriment sur la ville, et je la piétine…

Amicizia
Guidu ________

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.