« Cauchemardesques | Accueil | 22 janvier 1970 | Le fauteuil d'Eugène Ionesco »

21 janvier 2005

Commentaires

Puisqu'il y a des chansons dans l'air de « Terres de Femmes »
et que celle-ci me semble un bon compromis entre Jonasz et Hardy...
Je te la fredonne en souriant...
Dans la voix d'Eicher elle mène droit au "Paradis des Circonstances..."
Ne cherche pas cet Eden dans un Atlas ,
il est en chacun de nous par temps bienveillant…

Démon

Une belle journée
Un matin clair
Sans nuage à l'horizon
Et demain
Demain j'espère
Ne fera
Pas exception


J'y veillerai
Je suis sincère
Je n'ai pas
D'autre ambition
Rien ne peut
Jeter à terre
Un brave homme
Dans sa maison

Sauf le démon on on
Qui sommeille en toi
Qui sommeille en moi
Qui sommeille en nous

Franc comme l'or
Dur comme la pierre
Notre soc
Fend le limon
Au lit nous
Savons quoi faire
Sans conseils
Sans permissions

Quand le fruit
N'a aucun ver
Il ne craint pas
L'infection
Rien ne peut
Ouvrir la terre
Sous les pieds
De la raison


Sauf le démon on on
Qui sommeille en toi
Qui sommeille en moi
Qui sommeille en nous


Mais n'y pensons pas
Ça vaudra mieux
Et ne tremblons pas
Ce n'est qu'un jeu

Sauf le Démon on on
Qui sommeille etc...

♀♥♂♠

Philippe Djian chanté
par Stephan Eicher
Album LOUANGES

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.