« 15 janvier 1925 | Début de l'école des Annales | Accueil | Anna Toscano | Venezia »

16 janvier 2005

Commentaires

Dans le cadre d'un colloque professionnel sur le thème "Le temps s'écoule, le temps s'écoute" j'avais réécrit certains passages de ce conte pour évoquer la carrière en psychiatrie d'un ami infirmier-écrivain André Roumieux. Le texte accompagné de dessins s'intitulait "Le jeune homme et la haute mer"...

Et pour ce 16 janvier, je propose aussi de penser à Susan Sontag qui vient de mourir et qui nous manque déjà (j'aurais aimé qu'elle intervienne pour commenter le déferlement des images des tsunamis, et le recours aux images d'amateur notamment, comme elle avait su, très vite, le faire à propos des images du 11 septembre : elle était née le 16 janvier 1933.


A l'occasion de l'anniversaire de sa naissance, pour les îliens d'ici et d'ailleurs, ce poème de Jules Supervielle.

Amitiés

La mer secrète

Quand nul ne la regarde
La mer n’est plus la mer,
Elle est ce que nous sommes
Lorsque nul ne nous voit.
Elle a d’autres poissons,
D’autres vagues aussi.
C’est la mer pour la mer
Et pour ceux qui en rêvent
Comme je fais ici.

Si nul ne pense à moi

Je cesse d'exister.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.