« La mort du père | Accueil | La fessée »

20 décembre 2004

Commentaires

" [...] poésie, si ce mot est dicible,
N’est-ce pas de savoir, là où l’étoile
Parut conduire mais pour rien sinon la mort
Aimer cette lumière encore ? Aimer ouvrir
L’amande de l’absence dans la parole."

Yves Bonnefoy, Ce qui fut sans lumière [1947], Paris, Gallimard, 1995, page 42.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.