« «Voiturez-nous ici les commodités de la conversation» | Accueil | Andrea Zanzotto | Cantilena londinese »

12 décembre 2004

Commentaires

Digitale

Belle et douce île au loin,
Je pressens tes silences
Et tes digues barbares,
De chênes
En collier d'ancolies,
Tes gants d'amour
Me damnent.
L'éclair enveloppe,
Tes couleurs fragrances,
Et je sens
Mes fragments de regard
S'échapper.
Fluidité virginale
Ton sang
Me calme
Ô Digitale
Belle et douce île au loin.

JF AGOSTINI 2002

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.