« Visite chez les morts | Accueil | Vagabondages et fragrances »

26 décembre 2004

Commentaires

Jolie parabole sur les variations (de l'âme, de la vie). Dont Philip Glass est évidemment le maître (la BO de The Hours est un pur chef-d'oeuvre). Merci.

The Hours, un film qui m'a marquée également mais pour des raisons toutes différentes. La personne et le personnage de Virginia Woolf m'évoquent à la fois l'intimité féminine allant à ses questions essentielles et la question lisière de la tentation de sombrer dans la folie quand le réel (le réel en soi tel qu'on le perçoit) devient persécutoire, voire hostile. La scène de l'entrée dans l'eau avec les poches de manteau remplies de pierres est allégorique autant que pathétique. Elle est l'aboutissement déplorable d'un renoncement argumenté... Il n’y a pas de suicide sans cause profonde…

Oui, bien sûr, encore faut-il savoir à quel niveau doit être réglé l'instrument bathymétrique. J'imagine que cela varie selon l'entraînement et la résistance des plongeurs en "causes profondes".

Et si de fuite, le suicide passait au statut de création ? Si ce renoncement qu'il représente était aussi (et surtout) l'ouverture d'une porte vers un autre monde ? Un monde que les autres ne voient pas, ne perçoivent pas, ne comprennent pas. Le monde de la sérénité, du repos, peut-être d'une certaine paix intérieure.
Et si ces voix que Virginia a entendues dans ses dernières années étaient des appels vers un bonheur qu'elle n'arrivait pas à saisir auprès des siens ?
Et si le suicide était tourment... maintenir entier et solide le fil reliant deux désespoirs serait-il un moyen de l'éviter?

Ce très beau texte m’a donné envie de vous faire part de ça :

LE TALENT DES SUICIDÉS________________

[…] En septembre 1954, tandis qu'il connaît un succès grandissant, Nicolas de Staël se retire loin des siens à Antibes. Il multiplie les natures mortes, les paysages et les marines. Le rythme de production s'accélère mais l'anxiété assiège le peintre. Le 16 mars 1955, Nicolas de Staël se donne la mort, laissant inachevée sa plus grande toile - Le Concert - [ …]
__________________
Pour en savoir plus sur ce peintre singulier et pour voir ses toiles dans une chronologie à rebours (j’offre à Angèle Agrigente, celle que je préfère ! ) il vous suffit de cliquer ICI.

Amicizia
Guidu __________

NICOLAS DE STAËL ________

Dans une correspondance privée récente, Yves (l’éditeur-webmaster de TdF) me faisait remarquer que les reproductions de Nicolas de Staël n'étaient plus accessibles par le lien que j'avais proposé ci-dessous ! Particulièrement le tableau Agrigente que j’avais offert à Angèle Paoli.

Revoici un lien par lequel il est de nouveau possible d’admirer le travail de ce géant de la peinture de la fin du XXe siècle.

Amicizia
Guidu ______

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.