« Puzzle d’écales (Forêt d'Aitone) | Accueil | Claude Louis-Combet | Celle par qui la ténèbre arrive »

26 décembre 2004

Commentaires

Joyeux Noel Angèle ...
je fonce en Corsica per il capu d'annu ...
Amicizia isulana !
____________________________

LE QUADRILLE DE L'ENCRE
L'encre coule derrière les persiennes
Comme la lueur au premier étage
D'une petite maison presque délabrée.
Cet atelier personne ne l'a jamais dessiné
Sur les pages d'un cahier à feuilles quadrillées.
L'encre quadrille de sa lueur
La petite maison de personne,
Elle dessine une page
En parlant d'un premier étage.
L'encre au premier étage
Dessine un cahier
Sur les doutes présents,
Derrière les persiennes
D'une maison jamais quadrillée de lueur.
L'encre coule du premier étage
Et dessine sur des escaliers
Des persiennes quadrillées
En forme de cahier sans lueur.

L'encre engrangée

"D'une petite maison presque délabrée..."
où les pierres affleurent
inégales et friables
comme de faux soucis
d'effondrement virtuel

Il n'y a pas de persiennes ici
juste de gros volets de bois
endurants
délavés par la brume forestière
ou par toute l'eau qui
trombe
sous les fractures des
gouttières

Le doute vient toujours
de là
par ce manque d'étanchéité
du Rêve


Bonne Année d'Ecriture à vous.
Marie.Pool 29 XII 04

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.