terresdefemmes.blogs.com > VISAGES DE FEMMES

« Retour à VISAGES DE FEMMES

Marina Tsvétaïeva

Marina Tsvétaïeva

Portrait de Marina Tsvétaïeva.
Image, G.AdC

« J’aimerais vivre avec Vous –
Dans une petite ville
Aux crépuscules éternels,
Aux éternelles cloches –
Avec la sonnerie délicate
D’une horloge ancienne – les gouttes du temps –
Dans une auberge de campagne.
Et le soir, quelquefois, d’une mansarde à l’autre –
Une flûte,
Et le flûtiste à la fenêtre.
Et de grandes tulipes aux fenêtres.
Vous ne m’aimeriez, peut-être, même pas. »

Marina Tsvétaïeva, Pour Akhmatova, in L’Offense lyrique & autres poèmes, Editions Farrago/Editions Leo Scheer, 2004, page 119. Texte français : Henri Deluy.

« Rivale, un jour je te viendrai ;
La nuit plutôt, au clair de lune,
Quand dans l’étang crie le crapaud,
Et quand délire la pitié.

Et attendrie par le battement
Jaloux de tes paupières,
Je te dirai : je ne suis pas,
Je suis un songe et tu me rêves.

Et je dirai- console-moi,
Mon cœur blessé se tord,
Et je dirai-le vent est frais,
Le ciel brûle d’étoiles. »

8 septembre 1916

Marina Tsvétaïeva

Linda Lê, Marina Tsvétaïeva. Comment ça va la vie ?, jeanmichelplace/poésie, 2002, page 45.


Madeleine

« Je ne scruterai pas tes voies,
Mon aimée: tout s’est accompli.
J'étais nu-pieds, tu me chaussas
De cheveux et de larmes,
De leur pluie.

Je ne demande pas combien
T'aura coûté cette huile.
J'étais nu - alors tu m'as ceint
Des vagues de ton corps,
Comme une île.

Plus légers que l'herbe mes doigts
Vont effleurer ta nudité.
Tu m'appris - moi qui étais droit -
La tendre inclinaison, en tombant à mes pieds.

Dans tes cheveux laisse-moi m’enfouir,
De lin ne m'enveloppe pas trop.
Myrrhophore, à quoi bon la myrrhe?
Tu me baignes toi-même,
Telle un flot. »

(31 août 1923)

Marina Tsvétaïeva, Poèmes (traduction d’Henri Abril), Editions Librairie du Globe, 1993, page 153.

Retour au Sommaire de la galerie

Voir aussi l' index général des auteurs.

» Retour Incipit du blog

Lien permanent