terresdefemmes.blogs.com > VISAGES DE FEMMES

« Retour à VISAGES DE FEMMES

Joëlle Gardes

Joëlle Gardes

Portrait de Joëlle Gardes
Image, G.AdC

       L' OISEAU de tous nos consanguins le plus ardent à vivre, mène aux confins du jour un singulier destin. Migrateur, et hanté, acharné d'inflation solaire, il voyage de nuit, les jours étant trop courts pour son activité. Par temps de lune grise couleur du gui des Gaules, il peuple de son spectre la prophétie des nuits. Et son cri dans la nuit est le cri de l'aube elle-même : cri de guerre sainte à l'arme blanche.

      Au fléau de son aile l'immense libration d'une double saison ; et sous la courbe du vol, la courbure même de la terre... L'alternance est sa loi, l'ambiguïté son règne. Dans l'espace et le temps qu'il couvre d'un même vol, son hérésie est celle d'une seule estivation. C'est le scandale aussi du peintre et du poète, assembleurs de saisons aux plus hauts lieux d'intersection.

      Ascétisme du vol !... L'oiseau, de tous nos commensaux le plus avide d'être, est celui-là qui, pour nourrir sa passion, porte secrète en lui la plus haute fièvre du sang. Sa grâce est dans la combustion. Rien là de symbolique : simple fait biologique. Et si légère pour nous est la matière oiseau, qu'elle semble, à contre-feu du jour, portée jusqu'à l'incandescence. Un homme en mer, flairant midi, lève la tête à cet esclandre : une mouette blanche ouverte sur le ciel, comme une main de femme contre la flamme d'une lampe, élève dans le jour la rose transparence d'une blancheur d'hostie...

      Aile falquée du songe, vous nous retrouverez ce soir sur d'autres rives !

Saint-John Perse, Oiseaux, I, Œuvres complètes, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1972, p. 409.


Voir aussi Joëlle Gardes/Les arcanes subtils d’une relation triangulaire

Voir encore l' index général des auteurs.
Retour au Sommaire de la galerie

» Retour Incipit du blog

Lien permanent