terresdefemmes.blogs.com > VISAGES DE FEMMES

« Retour à VISAGES DE FEMMES

George Sand

George Sand

Portrait de George Sand.
Image, G.AdC


   « Quelquefois, dans le sommeil, en proie à ces riches extases qui dévorent les cerveaux ascétiques, je me sentais emportée avec lui sur les nuages par des brises embaumées. Je nageais alors dans les flots d’une indicible volupté ; et, passant mes bras indolents à son cou, je tombais sur son sein en murmurant de vagues paroles. Mais il s’éveillait et c’en était fait de mon bonheur. À la place de cet être aérien, de cet ange qui m’avait bercée dans le vent de ses ailes, je retrouvais l’homme, l’homme brutal et vorace comme une bête fauve et je m’enfuyais avec horreur. Mais il me poursuivait, il prétendait n’avoir pas été vainement troublé dans son sommeil et il savourait son farouche plaisir sur le sein d’une femme évanouie et demi-morte.
   Un jour je me sentis si lasse d’aimer que je cessai tout à coup. Il n’y eut pas d’autre drame dans ma passion. Quand je vis avec quelle facilité se rompait ce lien funeste, je m’étonnai d’avoir cru si longtemps à son éternelle durée.
   Je voulus me livrer sans réserve à l’incurie de cet état d’épuisement qui n’était pas sans douceur. Je me retirai dans la solitude.  »

George Sand, Lélia, Editions Garnier 1960, pp. 175-176.


Retour au Sommaire de la galerie


Voir aussi l' index général des auteurs.

» Retour Incipit du blog

Lien permanent