terresdefemmes.blogs.com > Canari (Haute-Corse)

Introduction

Canari, « mon village » du Cap Corse (l'antique Kanelate polis, que l'on retrouve sur la carte de Ptolémée), est une commune de quelque 300 habitants et plus (l’hiver évidemment !) qui s'étend sur une superficie d’environ 17 km2. S'y jouxtent de nombreux hameaux (dont certains comme Linaghje ou Salge sont à ce jour à l'abandon et/ou en ruines). En bord de mer, deux marines : Scala et Canelle (pour ses roseaux et « parce que son corps est bronzé »).

De bas en haut du village, j'égrène le chapelet des hameaux toujours vivants : Abru, Marinca/Mercacce, Chine, Vignale, Piève, Piazza, Longa, Olmi, Pinzuta, Solaru Supranu et Suttanu, Imiza.

• Abru qui sent bon la cédratine (le cédrat y était abondamment cultivé, à partir de la Punta Bianca, avant que survienne la crise de 1908).
Marinca, la huppée "branchée", avec ses écologistes et ses "ruelles"... de nouveaux philosophes. Elle est scindée en deux par la départementale qui fait le tour du Cap. Comme au théâtre, il y a des loges : un "Côté mer" (Marinca) et un "Côté montagne" (Mercacce et son église San Tomasu).
• Chine : le « vieux village », blotti autour de la chapelle San Ghjuvanni Battista.
Vignale (« le petit vignoble » et « mon cher Petit Liré ») renferme la chapelle Santa Maria Annunziata, ouverte une fois l’an (comme me le rappelle ma mère) pour la fête de l’Annonciation. La vigne était autrefois une des ressources principales de la commune.
• Piève : le centre du village. Il abrite la place du Campanile, la chapelle piévane Santa Maria Assunta (fin XIe-début du XIIe siècle), l'église paroissiale San Francescu (XVIe siècle), près de l'ancien couvent (fondé en 1506) entièrement restauré (et inauguré en 2003 pour son Concours international de chant lyrique, ses gîtes ruraux, Le Conservatoire du Cap Corse)... ainsi que la mairie, la poste, le centre culturel et aussi... la confrérie Santa Cruce.
• Piazza : à l'ouest du hameau se dresse le château construit à l'emplacement même de l'ancien château des Cenci, rasé par les troupes génoises (Andrea Doria) en 1554.
• Longa : on peut encore y apercevoir les fondations d’une tour médiévale aujourd’hui disparue.
• Olmi : situé à 250 m au nord-est de Longa. Le lendemain du 15 août y est marqué par la distribution de petits pains dans la chapelle San Roccu.
• Pinzuta : qui a sa fontaine, datée de 1560. Jadis une tour carrée veillait sur le hameau et sur la chapelle San Pietru.
• Solaru, la gémelle, formée de deux hameaux : Solaru Suttanu et Solaru Supranu. L’ancienne chapelle San Ghjuvanni s'en est allée.
• Imiza : ce hameau-perchoir de bergers, situé à environ 450 m d'altitude, offre une vue panoramique vertigineuse sur le Golfe de Saint-Florent, les Agriates et L'Ile-Rousse. Presque désert, mais l'ancienne chapelle Santa Caterina a été restaurée en 1975.

Marines :
• Canelle : Une tour à feu, dont il ne subsiste aujourd’hui que l'embase, surplombait fièrement la marine. Ce site a probablement été occupé dès l'époque romaine.
• Scala : porticellu autrefois très actif, aujourd'hui marine pittoresque très colorée, composée de nombreux cabanons.