« Marilyse Leroux | [Autour de nous le mouvant devient cercles] | Accueil | Claude Vigée | Rien n’est jamais perdu »

12 janvier 2017

Commentaires

"À cette heure, quand elle passait |
sur Antognano, on allumait la lanterne.|
Aujourd’hui, certains visages qui s’éclairaient |
à cette flamme soudaine sont dans le noir à jamais.| " Ce poème de triste circonstance, est à sa place... Adieu Madame PAOLI, vos enfants veilleront sur le jardin, le moulin et le vieil arbre devant votre maison , et ils seront heureux de contempler la mer ensemble sur la Terrasse des familles orphelines de vous...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.