« Richard Rognet | [Le lierre] | Accueil | Mathias Lair, Ainsi soit je par Brigitte Gyr »

29 mai 2016

Commentaires

Je veux dire quelques mots depuis mon antre — sans Facebook, ni Twitter — un peu sauvage et solitaire, présente pourtant, et amicale à l’endroit de la vie poétique.


Dire mon émotion à la lecture de cette note à l’écriture sensible, généreuse, vibratoire. Est-ce l’immanence insulaire ? Ton travail — œuvre sur l’œuvre — vibre d’une énergie tellurique.


Au-delà du talent, le plus important pour moi réside ailleurs cependant : merci Angèle. Merci de tout cœur pour cet accueil appelé par l’autre visage de cette île que nous aimons.


Autre accueil — je veux dire le plus beau, et je ne l’avais pas mesuré avec des mots si précis jusqu’à aujourd’hui, le plus essentiel pour moi — autre accueil, accueil de l’autre, l’autre nom de l’accueil de la langue en soi : quelque chose comme amarrer les vagues dirait l’une de nos amies, amarrer l’île, amarrer la terre d’encre.

Merci Terres de femmes.

Sylvie-E. Saliceti


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.