« Christine Bloyet | [tu es au bord tu] | Accueil | Michaël Bishop | Carnet de C pour C »

26 octobre 2014

Commentaires

Merci, Jean-Pierre, d'éclairer ce désir d'écrire, fait de tout un monde de traversées et de fantômes
qui ont le bon goût de ne pas signer leur passage.
Quant à cette médiation du singulier fragile vers un pluriel aléatoire, je me réjouis que ce poème
de Tout-venant l'appelle avec lucidité et une belle confiance.
Nous maintiendrons.

Et, dans la foulée, un amical salut aux Terres de Femmes en leurs travaux et jours,

Dominique Sorrente

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.