« Eli Flory, La Barbe d’Olympe de Gouges par Angèle Paoli | Accueil | Casimiro de Brito | Domingo »

01 février 2014

Commentaires


Cela commence comme une marche, avec les pas lourds dans la terre et dans la boue et dans le sang. Pas de femmes dans les tranchées où tombent les hommes où meurent les hommes loin des femmes loin de l'amour des femmes dans la terre et dans la boue rouge de sang.
Mais voilà que l'homme hèle avec lui tous les oiseaux et leurs chants et leurs plumes et voilà que les oiseaux hèlent les branches et les bourgeons et les arbres.
Et voilà que les ailes hèlent la femme la mère et puis l'épouse et puis l'amour et puis l'enfant et puis la plume la plume de l'enfant qui hèle les mots pour raconter la terre la terre et les oiseaux les oiseaux et les arbres les arbres et les croix les croix et la mort la mort et les soldats les soldats sans oiseaux sans arbres et sans amour.
C'est tous ces mots pour moi ce grand poète tous ces mots de la terre tous ces mots de l'amour tous ces mots de la mort... merci Pierre Garnier


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.