« Jean-Louis Giovannoni | [Nous venons d’un pays qu’on ne peut plus toucher] | Accueil | Erwann Rougé, Passerelle, Carnet de mer par Sylvie Fabre G. »

04 janvier 2014

Commentaires

L'un des sommets de la poésie italienne du XXe!
Une œuvre lentement et sûrement amplifiée, compilée pour traiter, comme Ozu ou Sudek, de l'essentiel proche : famille, épouse, fille unique, la ville, Trieste ou Gorizia. Il fut libraire et loupa, par sa mort en août 1957, le Prix Nobel de Littérature pour lequel il était pressenti par les jurés de l'académie suédoise, et qui revint à notre bon Albert Camus. Passage de relais et de flambeau de la bonté, de l'Italien au Français.
Une vie tout entière consacrée à la poésie et à sa défense.
Son pseudo venait de sa nourrice - Saba (son nom véritable : POLI).
(1883-1957

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.