« Anise Koltz | [Qu’ai-je emprunté à la chair maternelle ?] | Accueil | Brina Svit, Visage slovène »

23 octobre 2013

Commentaires


Belle analyse, par Isabelle Lévesque, du texte d'Armand Dupuy. C'est bien de l'avoir mis en rapport direct avec les linogravures de Jean-Michel Marchetti (les mouches, l'oiseau, la spirale si énigmatique). L'insistance sur "taire" et le silence est aussi discrètement évoquée par une superposition de gravures qui peut passer un peu inaperçue parce que moins "réaliste", qui est un hommage de l'artiste à un autre artiste "taiseux" jusqu'à ce qu'un autre taiseux (le poète Charles Juliet) le fasse sortir de son silence : Bram Van Velde. Cette superposition de 3 linogravures vient donc renforcer, par allusion, ce "taire" qui est la stimulation essentielle à l'écriture pour Armand Dupuy comme pour d'autres poètes.Il y a ainsi de belles rencontres et connivences qu'il est intéressant de mettre ainsi en valeur.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.