« Alexandru Mușina | Dimineața | Accueil | 1er juillet 1876 | Mort de Mikhaïl Bakounine »

30 juin 2013

Commentaires


Quel vertige dans ce livre cerné par l'absence, où tout commence ailleurs, où les mots cherchent à atteindre leur envers. Rien ne commence où tout s'achève, sauf peut-être... en poésie... La lecture d'Angèle Paoli se glisse dans l'écriture de Jean-Louis Giovannoni comme une fine lame pour trouver le chemin de la pensée solitaire du poète. Elle écrit comme en réponse d'un appel.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.