« Béatrice Bonhomme | Le pacte des mots | Accueil | Lucio Mariani | Quali barbari »

24 mai 2013

Commentaires

Face à cette longue interrogation de Jean-Claude Pinson sur la poésie, dans son livre Poéthique, et ce magistral billet d'Angèle Paoli permettant de suivre au plus près son développement, je me trouve face à une énigme et une intuition assez proches de celles de Saint Augustin par rapport au temps, quand il écrit dans Les Confessions :
"Qu'est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais ; mais si on me le demande et que je veuille l'expliquer, je ne le sais plus. (...)
Ce sont des paroles évidentes et cependant elles sont pleines d'obscurité, et les comprendre serait une découverte."
Livre onzième - chap. XIV et XXII
Ainsi cette approche de la poésie qui sinue dans le temps et l'histoire des hommes comme l'horizon qu'on ne peut atteindre mais donne une forme à ce qui semble être une limite entre le ciel et la terre. Profonde et troublante méditation au seuil de l'invisible.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.