« Étienne Faure, La Vie bon train, proses de gare (extrait) | Accueil | Stéphanie Ferrat | Magali Ballet, Cette surface bordant le noir »

30 avril 2013

Commentaires


V. Golovanov dans ce passage de Espace et labyrinthes ouvre des chemins contradictoires, celui de la page blanche, de l'inattendu et celui de l'empreinte, des réminiscences. On ne sait ce qui l'attire le plus tant sont énigmatiques ses pensées. Il ne semble pas se perdre dans un labyrinthe mais en sortir perdu, comme s'il ne savait quelle direction prendre. Un être d'ici et d'ailleurs... L'écriture, fascinante, est essentiellement poétique - plus que narrative - et demande au lecteur de s'aventurer dans cette errance, cette lutte entre passé et présent, bien et mal, clarté et obscurité.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.