« 21 février 1903 | Naissance d’Anaïs Nin | Accueil | Remo Fasani | Il fiume »

22 février 2013

Commentaires


Cette longue note de lecture d'Isabelle Raviolo se change en témoignage d'écoute idéale de la langue poétique Sylvie Fabre G. Elle éclaire le difficile combat des poètes entre le silence initial et la parole comme une voix basse. Isabelle Raviolo souligne dans un déroulement continu ce silence intense et vibrant - presque mystique - de l'écriture de Sylvie Fabre G. Une tension dans cette lecture - celle de toute langue poétique confrontée à ce risque - installe un va-et-vient entre les deux poètes. Une continuité d'écriture les rapproche, les relient par ce qu'elles ont en commun et qui est l'expérience de ce dépaysement, de ce silence ténu qui précède les mots. L'une devient le "prochain" de l'autre. Note germinative qui creuse la blancheur de ce livre-poème Frère humain . Atmosphère dense et rayonnante d'une rencontre littéraire comme de l'obscur qui féconde la lumière.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.