« Franck Venaille | [On marche dans la fêlure intime du monde] | Accueil | 15 février 1943 | Julius Margolin, Voyage au pays des Ze-Ka »

13 février 2013

Commentaires


Merci Angèle. Pascal Commère est en effet un très bel auteur. Je garderai toujours le goût des Larmes de Spinoza.
"Il faudra bien un jour se rappeler des livres. Comme nous nous souvenons des hommes. De ce qui, constituant les uns, provient des autres, si tant est que les livres aient à se souvenir des êtres." Ses mots prennent si bien racines en Poésie !


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.