« Eva-Maria Berg | zeichensprache | Accueil | Salah Al Hamdani | Saison du sel »

17 février 2013

Commentaires


"...il ne put s’empêcher de penser que c’était là l’amour qui, dans un univers différent, dans une autre vie, aurait pu lui être destiné, l’aurait sauvé, dont il aurait pu jouir."
C'est donc dans cette danse féline qui bouleverse les conventions sociales de cette bourgeoisie - parce qu'elle est publique - qu'il (Personnage ? auteur ?) ressent un trouble étrange et pense à cette liberté qu'il s'était refusé par peur de combattre les conventions de son monde familial. Sphinx incompris, conformiste, condamné à une jouissance... contemplative ou à la jalousie. Moravia est vraiment un écrivain subtil et Bertolucci un cinéaste rare. Bravo pour la photo, le fragment choisi -et sa traduction..._ et la scène du bal en vidéo.
Et bien sûr, étonnante exploration de la tentation du fascisme.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.