« Pascal Commère, Mémoire, ce qui demeure | Accueil | Geneviève Bertrand | [Traversée de l’herbe nue] »

12 novembre 2012

Commentaires


Je me réjouis de voir Roberto Juarroz traduit ; sa poésie le mérite grandement.

La vida, un eco disponible. N'est-ce pas magnifique ?
La photo qui l'accompagne est parfaite.

Merci Angèle, un abrazo de mon île à la vôtre.


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.