« Rafael Alberti | [Souviens-toi de moi, mon amie] | Accueil | Pierre Reverdy | Sur la mer le lever du jour »

06 octobre 2012

Commentaires

Ce poème mystérieux et sobre ouvre en douceur à la pensée en son immatérialité, à son inconsistance... comme une ombre, une rêverie, un "nuage de neige" qui court, fugitif... liant inexplicablement ceux qui sont et ceux qui ne sont plus par un frisson de tendresse, un effacement des lisières entre l'avant et l'après, le haut et l'ici-bas.
L'écriture de Sylvie Fabre G., aura tremblante, fragile, voilée, audacieuse, sédimentant le réel à l'irréel, transcendante... Poète parfois si lointaine, envolée comme une voyageuse silencieuse de la transparence, une lampe qui plonge dans l'obscurité...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.