« Sylvie Fabre G. | [La pensée va, et vient à ce qui revient] | Accueil | Hélène Dorion, Ravir : les lieux par Sylvie Besson »

07 octobre 2012

Commentaires


Une fine exploration de la poésie de Reverdy dans Esprits Nomades.

Ici, dans ces lignes, cette impression diffuse d'une perte comme ce nageur de l'aube qui s'efface dans un coin de cendre laissée par le soleil. Étrange façon d'accueillir la fin de la nuit en se noyant dans l'obscurité du jour...


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.