« Pascal Quignard | [Lancelot dit ] | Accueil | Lionel-Édouard Martin | Froufrou des voiles »

01 octobre 2012

Commentaires


J'aime la narration de cette rencontre écrite avec les mots de tous les jours. C'est une approche discrète de l'autre, en l’occurrence celles de jeunes femmes chinoises partagées entre rêve d'ailleurs et certainement la fierté d'être chinoises. L'étrangeté de ceux qui sont différents nous conduit parfois à une regrettable impression de supériorité, ici, c'est l'inverse : effacement de Françoise Chabert pour donner toute l'importance à cette hésitation entre destin et émancipation de ses jeunes interlocutrices. L'attachement aux diplômes français est amusant en ce temps où nos étudiants émigrent dans l'espoir, eux-aussi, d'atteindre quelque Eldorado... Les rêves dont sont faites nos vies rendent un peu tristes le renoncement à les réaliser même si, au fond, nous savions que nous attend, dans la réalité, l'imprévisible qui nous révélera une joie insensée, ne serait-ce que celle de la rencontre. Ce texte sonne vrai ! Bien envie de lire ce livre pétri d'humanité et de questions fondamentales.



Et oui, voici une très belle lecture que ce journal de Chine. Nous l'avons tellement aimé que nous recevons aujourd'hui même Françoise Chabert dans notre librairie. N'hésitez pas à vous saisir de ce texte d'une grande humilité. Il sonne juste comme le stipule le commentaire précédent. On y apprend beaucoup sur cette Chine souvent présentée comme le nouveau géant mondial mais qui est peut-être un colosse au pied d'argile, tout comme peut l'être notre Occident fantasmé de par le monde. En même temps, une intense émotion traverse ce texte dénué de tout effet de manches. Il y est également question - en filigrane - de l'enfance absente et volé, aussi bien à travers l'expérience chinoise qu'au travers du parcours personnel de la narratrice.
Merci à Françoise Chabert et à l'éditeur "A plus d'un titre" pour cette découverte.
Amandine Gotti, librairie "Des livres et des hommes", Beaune (21)
29 mars 2013


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.