« Cécile Mainardi | [Écrire ces temps-ci pour moi] | Accueil | Jean-Philippe Salabreuil | Un petit couloir »

22 septembre 2012

Commentaires


Écouter le temps et la mémoire qui crépitent dans le miroitement de l'ombre remplie d'étoiles et de ce silence si léger jusqu'à l'éboulement de tout ce qui a disparu, anéanti, rongé... Le chagrin emplit l'air et déferle dans cette si juste écriture tremblante de lumière.


C'est un magnifique poème

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.